291 résultats pour votre recherche
28 octobre 2021
BILANS DE COMPETENCE
Bonjour, Pour ce qui est du, ou des bilans de compétences des élèves en cours de formation, dans un établissement labellisé. Doit-on les faire obligatoirement, même si l'élève n'en fait pas la demande, voire ne les souhaite pas ? Si oui, à quel moment de la formation pour le premier bilan et à quelles intervalles par la suite ? Existe-t'il également, un formulaire officiel pour ce faire ? Très important : Devons-nous, à l'issue de ces bilans, redéfinir obligatoirement le volume de leçons à prendre par l'élève, en plus de celui déjà proposé lors de l'évaluation de départ, pour finaliser sa formation ? Ma question vient du fait, que mon employeur, exige de moi que je lui produise des bilans de compétences pour chaque élève, ce, dès la quatorzième heure de conduite, quelque-soit son niveau d'avancement dans sa formation et par la suite, toutes les dix heures, avec comme support, un formulaire produit maison, où chaque compétence vaut en points négatifs ou positifs, la somme de ces points définissant automatiquement, un volume d'heures de conduite à "proposer" à l'élève pour terminer sa formation. Pour exemple, sur ce formulaire, une erreur éliminatoire (feux, priorité, ligne continue franchie etc.), se traduit péremptoirement, par un ajout de deux heures supplémentaires de conduite. J'éprouve un véritable malaise, au moment d'effectuer ces bilans, surtout avec cette méthode de notation, car j'ai le sentiment de faire de la vente de leçons, plutôt que de la pédagogie. De plus, bien des élèves sont stressés lors de ces bilans qui leurs sont imposés et de fait, ne produisent pas le meilleur de leur savoir faire. De facto, mon employeur, me tient pour responsable, en cas d'échec le l'élève à l'examen du permis, si je n'ai pas su évaluer précisément le volume d'heures, lors de ces bilans, par ailleurs signés par l'élève et l'enseignant, pour accord. Merci infiniment, de m'éclairer précisément sur ce sujet, qui me créait actuellement un gros souci, dans l'exercice quotidien de mon métier d'enseignant de la conduite, que je tiens à faire sereinement et dans la légalité. Cordialement.