Un millier de véhicules-école ont manifesté à Paris !

01/04/2019 Groupements/syndicats
Groupements/syndicats Un millier de véhicules-école ont manifesté à Paris !

Il était 8h30 ce lundi 1er avril 2019, lorsque les quatre cortèges sont partis des Portes d’Auteuil, de Clignancourt, d’Orléans et de Vincennes prendre le périphérique parisien pour arriver vers 14 heures place de la République. Une manifestation placée sous une imposante protection policière mais qui s’est passée dans le calme.
Si le nombre de manifestants était moins important que lors de la mobilisation du 11 février dernier (environ un millier de véhicules-école contre quatre mille en février), la détermination des écoles de conduite présentes reste intacte.
Patrick Bessone, président du CNPA-ER et Patrick Mirouse, président de l’UNIDEC ont pris la parole à la tribune mobile installée sur la place de la République pour dénoncer les formations low cost proposées par les plateformes qui sont « un mirage qui ne profitera qu’à quelques entrepreneurs », et déclarer « qu’il faut absolument s’engager pour l’avenir du permis de conduire, au profit d’une juste concurrence et de la sécurité routière ». Des représentants de différents collectifs (Auto-écoles en colère, Auto-écoles jaunes, DICFER et EECR), ont ensuite dévoilé le rapport élaboré en collaboration avec les trois syndicats de la profession CNPA-ER, UNIDEC-ASAV et FNA-UNIC, et deux réseaux d’écoles de conduite (CER et ECF), qui présente les positions et les propositions des enseignants de la conduite. Enfin, les fédérations qui avaient demandé à être reçues à Matignon, ont pu remettre symboliquement en fin d’après-midi, en main propre, ce rapport qui avait été adressé au Premier ministre, Édouard Philippe, le 15 mars dernier.
Les organisations syndicales de la profession devraient, à nouveau, être reçues à Matignon, le 9 avril prochain, pour une réunion de « sortie de crise ».

À LIRE AUSSI

CER, Club Rousseau et ECF créent l’AREM

Les trois réseaux se sont associés pour créer l’Alliance des réseaux de l’éducation à la mobilité (AREM). Objectif : mutualiser leurs moyens et mieux faire entendre la voix de la profession auprès du gouvernement, mais aussi de décideurs privés.