La profession enterrée près de l’Assemblée ?

17/02/2015 Groupements/syndicats
Groupements/syndicats La profession enterrée près de l’Assemblée ? Un corbillard avec un panneau auto-école, cela ne court pas les rues. Il y en avait pourtant un ce midi, à proximité de l’Assemblée Nationale. Le syndicat UNIC a prononcé « l’oraison funèbre » de la formation du conducteur, en marge du vote solennel de la loi Macron. Celle-là même qui, si elle venait à être adoptée définitivement, changerait radicalement la manière d’enseigner des auto-écoles, avec la fin des 20 heures, l’inscription en ligne et la possibilité donnée aux enseignants de la conduite d’exercer en tant qu’indépendants. Une vingtaine de personnes étaient réunies, et se sont recueillies un instant autour d’une gerbe de fleurs. Le député chrétien-démocrate des Yvelines, Jean-Frédéric Poisson, est venu partager la douleur des auto-écoles dans ces moments difficiles.

À LIRE AUSSI

CER, Club Rousseau et ECF créent l’AREM

Les trois réseaux se sont associés pour créer l’Alliance des réseaux de l’éducation à la mobilité (AREM). Objectif : mutualiser leurs moyens et mieux faire entendre la voix de la profession auprès du gouvernement, mais aussi de décideurs privés.