Nouveaux examens moto : ce qui change

02/03/2020 Formations/Examens
Formations/Examens Nouveaux examens moto : ce qui change

Si les motards représentent 1,6% du trafic routier, ils comptent pour 19% des victimes de la route. Partant de ce constat de la surmortalité des motards, le gouvernement avait décidé à l’issue du Comité interministériel de la sécurité routière du 9 janvier 2018, de réformer les examens moto.


Création d’un examen théorique spécifique
Aussi, à partir du 2 mars 2020, les candidats au permis moto doivent passer une épreuve théorique spécifique moto (ETM). À l’instar de l’examen du Code « classique », cette épreuve comporte 40 questions abordées en adoptant le point de vue du motard. Le candidat doit obtenir au moins 35 bonnes réponses pour valider son Code moto. L’ETM est valable cinq ans dans la limite de cinq passages de l'examen pratique. L'ETM concerne tous les candidats inscrits au permis de conduire des catégories A1 et A2 et se tient dans l'un des centres d'examen des organismes agréés (Dekra, Exa code, La Poste, Pearson Vue, SGS et Veritas).


Un examen plateau tout-en-un
Une fois l’ETM obtenu, le candidat peut se présenter à l’examen plateau. Ce dernier comporte six manœuvres : le déplacement sans l'aide du moteur, l’allure réduite sans passager, la manœuvre de freinage, l’allure réduite avec passager, la manœuvre de slalom et la manœuvre d'évitement. Principaux changements par rapport à l’ancien examen : l’interrogation orale est supprimée (remplacée par l’ETM) et le candidat doit enchaîner les six manœuvres sans s’arrêter. Cela permet de réduire le temps de l’épreuve à 10 minutes. Le candidat dispose de trois tentatives pour la réalisation du déplacement de la moto sans l'aide du moteur et de deux essais pour les manœuvres dynamiques. Toute chute est éliminatoire.


Une épreuve en circulation plus longue orientée sur la sécurité du motard
Enfin, le candidat doit se présenter à l’épreuve en circulation qui passe de 35 à 40 minutes. Ce temps supplémentaire doit permettre de mieux évaluer la capacité du candidat à maîtriser les enjeux liés à sa sécurité sur la route et notamment sa maîtrise de la trajectoire de sécurité.


Une période de transition
Les centres d’examen disposent d’une période de transition de deux semaines pour mettre en conformité leurs pistes, si nécessaire. Enfin pour les candidats, l’État a prévu une période de transition du 1er mars au 31 août 2020. Jusqu'à cette date, le candidat peut être exempté de l'épreuve théorique moto s'il s'est inscrit à l'épreuve avant le 1er mars 2020 et s'il a obtenu le bénéfice de l'examen théorique général avant cette date, ou s'il est titulaire d'un permis depuis moins de 5 ans. Il devra toutefois avoir validé l'ensemble des épreuves pratiques avant le 1er septembre 2020.

Retrouvez tous les détails dans La Tribune des Auto-Ecoles n°234 (janvier/février 2020) et n°235 (mars 2020).

À LIRE AUSSI

Polémique sur la fermeture partielle des auto-écoles

La délégation à la Sécurité routière et les syndicats auto-écoles ont une interprétation différente du décret n°2020-1310 du 29 octobre 2020 publié le 30 octobre 2020 au Journal Officiel. Selon la DSR, les auto-écoles doivent fermer partiellement, tandis que les syndicats auto-écoles comprennent que les écoles de conduite ont le droit de continuer à donner des cours.
30/10/2020 Formations/Examens