Seize jours de grève de la faim pour demander la réouverture des auto-écoles

28/11/2020 Économie/Entreprise
Économie/Entreprise Seize jours de grève de la faim pour demander la réouverture des auto-écoles

Ça a été la goutte qui a fait déborder le vase ! Patrice Reynaud, exploitant de l’école de conduite Reynaud à Sainte-Foy-la-Grande, en Gironde, n’a pas supporté que les écoles de conduite soient considérées comme une profession non-essentielle. « C’est une grave erreur de communication. » Une colère mêlée à de l’incompréhension : « Les auto-écoles sont non-essentielles et pourtant, indispensables si l’on écoute l’État qui ne cesse de répéter depuis des années que le permis de conduire est indispensable pour entrer dans la vie active. »


Une décision du gouvernement incohérente
Alors pour dénoncer cette nouvelle fermeture administrative, Patrice Reynaud a entamé une grève de la faim le 11 novembre dernier. « C’est une action individuelle qui a une vocation collective », explique-t-il. Surtout, « j’ai voulu faire une action forte et médiatique, car c’est le seul moyen d’attirer l’attention des pouvoirs publics ». En effet, nombre de médias (quotidiens régionaux, mais aussi radios et télévisions nationales) ont relayé son action et plusieurs élus locaux sont venus lui rendre visite, dont le député girondin Florent Boudié, qui a fait remonter son message au plus haut niveau du gouvernement.
Finalement, après 16 jours de grève de la faim alors que les auto-écoles étaient autorisées à rouvrir le 28 novembre 2020, Patrice Reynaud a accepté de se réalimenter. Mais s’il a perdu 10 kilos, il n’a pas perdu sa détermination !


Plus d’infos dans La Tribune des Auto-Écoles n°241-242 (Décembre/Janvier2021)

À LIRE AUSSI

Grille des salaires 2022

Les organisations représentatives des professions dépendantes de la convention nationale des services de l’automobile (n° 1090), dont font partie les auto-écoles, se sont réunies au début de...