Réseaux sociaux : utilisez Facebook comme un pro !

01/04/2016 Économie/Entreprise
Économie/Entreprise Réseaux sociaux : utilisez Facebook comme un pro !
Comme le dit si bien l’adage, il faut savoir vivre avec son temps. Et à notre époque, force est de constater que les réseaux sociaux sont devenus parties intégrantes de notre quotidien… tout comme de celui des entreprises. Voici quelques conseils pour assurer la présence de votre établissement sur Facebook.

Depuis sa création par Mark Zuckerberg en 2004, Facebook s’est confortablement installé en tête des réseaux sociaux les plus fréquentés. Avec plus de 1,5 milliard d’utilisateurs à travers le monde et 30 millions en France, cette plateforme est devenue incontournable pour quiconque est en recherche de visibilité sur la toile. Pour autant, il ne suffit pas de créer une page dédiée à votre entreprise pour voir les clients déferler dans vos locaux. La Tribune des Auto-Écoles vous propose un petit tour d’horizon des choses à faire et à éviter pour optimiser sa présence sur les réseaux sociaux, en particulier sur Facebook.

Budget mini, audience maxi
Premier avantage certain des réseaux sociaux : une dépense d’argent négligeable. Créer une page Facebook est gratuit et, à moins de débourser des centaines d’euros indéfiniment pour augmenter la visibilité de vos publications, cela ne devrait pas vous coûter un bras. D’autant que ce petit investissement peut, s’il est bien orchestré, porter assez rapidement ses fruits compte tenu des nombreux internautes présents sur le site. Mettre la main à la poche « sert à faire grossir son réseau. Avec de petites sommes (quelque centaines d’euros, ndlr), on peut avoir une communauté importante, explique Guillaume Tardy, chef de projet digital pour l’agence Market’Inn. Mais l’efficacité d’une page dépend aussi de sa qualité ».

Organiser ses publications
Voilà un point sur lequel il ne faut pas lésiner. S’il n’est pas nécessaire de s’imposer une charte éditoriale drastique, il convient de s’astreindre à une certaine régularité dans la mise en ligne de nouveaux contenus. Par ailleurs, ces derniers doivent répondre aux attentes de votre cible. « Il faut varier les types d’articles. Cela peut aller du conseil pour conducteur débutant à une publication humoristique pour faire réagir la communauté. Et bien sûr, il ne faut pas hésiter à rebondir sur l’actualité, les jours particuliers ou les infos locales », énumère le spécialiste. Quant aux auto-écoles qui font partie d’un réseau disposant d’une page nationale, il apparait judicieux de « partager le contenu de celle-ci pour mettre en avant la force du réseau et rassurer l’élève potentiel sur la qualité de la structure ».

Gérer son image
Il est bon de rappeler que Facebook a 2 facettes : personnelle et professionnelle. C’est dans cette dernière que doit très clairement se situer la page de votre école de conduite, ce qui implique « un certain niveau de langage, un rapport constant à l’actualité et l’acceptation de tout commentaire auquel il convient de répondre, notamment dans le cas d’avis négatifs ». Ce dernier aspect est important et ne doit pas être craint par les administrateurs. « Sans page, on ne sait pas ce que les gens pensent de nous et même si on finit par le savoir, on manque de légitimité pour y répondre, justifie Guillaume Tardy. Il est donc préférable d’avoir un commentaire négatif sur sa page et disposer d’un droit de réponse évident pour régler le différend plutôt que de laisser le débat se faire sans nous ».

Les erreurs fréquentes à bannir
On ne le répètera jamais assez mais ouvrir un compte sur un réseau social est un travail de longue haleine. Sachant qu’il est possible de ne pas se laisser déborder par le côté chronophage de certaines plateformes en utilisant les diverses fonctions de partage, par exemple, il est alors inconcevable de laisser une page à l’abandon. « Cela donnerait des résultats catastrophiques en tous points. Être présent sur les réseaux sociaux est un engagement, au moins à moyen terme, d’autant que sur un outil comme Facebook, il est possible de programmer ses publications à l’avance ». Par ailleurs, inutile d’envisager un chiffrage d’un retour sur investissement grâce à ces réseaux. « Il s’agit avant tout d’un moyen d’expression, de communication, de mise en avant d’une image de marque ». En revanche, il faut se fixer des objectifs, particulièrement en termes de régularité dans l’ajout de nouveaux contenus. « Encore une fois, il ne s’agit pas forcément de créer un post original mais de publier diverses choses en rapport avec les intérêts de votre cible et en accord avec votre ligne de commentaire », détaille Guillaume Tardy. Une fois tous ces écueils évités, vous êtes prêts à vous lancer dans le grand bain et commencer à tisser efficacement votre toile sur le Net pour atteindre un public qui, peut-être, n’attend que vous.


Facebook… et les autres ?
S’il faut bien garder en tête que tous les réseaux sociaux ne s’adaptent pas aux besoins d’une auto-école, il ne faut pas s’interdire d’explorer d’autres horizons dans la mesure où cela se fait intelligemment. Si la personne en charge de la gestion de l’image numérique de l’établissement possède un niveau d’expertise plus avancé ainsi que de suffisamment de temps à consacrer à cette tâche, d’autres portes s’ouvrent à elle. Twitter fait ainsi partie des réseaux les plus chronophages mais peut s’avérer efficace. Quant aux photographes aguerris, rien n’empêche de créer un compte Instagram, lequel sera facilement liable à Facebook. Enfin, les réseaux professionnels comme LinkedIn ou Viadeo offrent la possibilité de publier des billets de blog et de s’assurer une présence auprès de futurs collaborateurs (mécanique, éditeur pédagogique…).

À LIRE AUSSI

Travail en famille : les erreurs à ne pas commettre

S’il existe des structures auto-écoles importantes, la formation à la conduite est bien souvent une affaire de famille. Une situation qui, si elle présente des avantages, n’est pas toujours sans inconvénient. Comment faire pour que sa petite entreprise ne connaisse pas la crise de ménage ou familiale? Focus sur les particularités du travail en famille.