Le CNPA commande 1 million de masques pour la branche des services de l’automobile

10/04/2020 Économie/Entreprise
Économie/Entreprise Le CNPA commande 1 million de masques pour la branche des services de l’automobile

Le CNPA national confirme, ce 10 avril, la commande de 1 million de masques à usage professionnel non sanitaire auprès du groupe CL (Chantelle Lingerie). Ces masques seront destinés à couvrir les besoins de l’ensemble des entreprises de la branche des services de l’automobile, comptant 500 000 actifs présents sur l’ensemble du territoire.
Le syndicat explique que « dans un contexte de situation sanitaire sans précédent, la protection de la santé des salariés, mais également des clients, constitue un enjeu critique. Le CNPA considère que l’accès sécurisé aux équipements de sécurité est un impératif à très court terme, qui conditionne également une reprise de l’activité économique qui soit durable pour les entreprises. Il s’agit d’un enjeu majeur, mais également complexe à mettre en œuvre pour les entreprises des services de l’automobile : la branche étant constituée d’un fort volume d’entreprises, essentiellement des TPE-PME, disséminées sur l’ensemble du territoire, les modalités pratiques d’accès et de distribution des masques sont complexes à mettre en œuvre ». C’est pourquoi le CNPA national « a souhaité organiser des commandes mutualisées au bénéfice de l’ensemble des entreprises de la branche, afin de faciliter notamment l’accès à ces équipements aux TPE et PME ».


Une première livraison début mai
Concrètement, la livraison des masques débutera la première semaine de mai, par 150 000 masques, et se poursuivra pendant 7 semaines, à raison de 150 000 masques par semaine, et de 100 000 masques la 7e semaine ».

À LIRE AUSSI

Quid du droit de retrait ?

Si le gouvernement a décidé de mettre fin au confinement, le virus continue de circuler. Une situation anxiogène pour certains salariés qui pourraient demander à exercer leur droit de retrait. En ont-ils le droit ?

Évolution des conditions du chômage partiel

Début mai, ce sont plus de 12 millions de salariés qui étaient inscrits au chômage partiel par leur employeur et qui sont donc payés par l’État. Un chiffre considérable qui va amener l’État à faire évoluer les paramètres de ce dispositif.