Coronavirus : les mesures proposées par Macron pour les entreprises

13/03/2020 Économie/Entreprise
Économie/Entreprise Coronavirus : les mesures proposées par Macron pour les entreprises

Jeudi 12 mars, le président de la République a pris la parole en direct sur les chaînes de télévision pour faire un point sur l’épidémie de coronavirus et annoncer des mesures exceptionnelles prises au niveau national. Dans son allocation, il a notamment annoncé des mesures visant à maintenir l’économie française et aider les sociétés à passer au mieux ce cap difficile.


→ Chômage partiel
Ainsi, après avoir demandé aux entreprises de recourir au télétravail quand c’est possible (ce qui ne l’est pas vraiment pour une école de conduite), Emmanuel Macron a rappelé la prise en charge financière par l’État, de la mise au chômage partiel de certains salariés. Cette décision peut être prise par l’employeur de façon unilatérale et le salarié ne peut s’y opposer. Ce dernier touchera alors jusqu’à 84% de son salaire net. Pour l’heure, 3 600 sociétés ont déjà fait la démarche de mettre une partie de leurs salariés au chômage partiel (cela concerne déjà 60 000 salariés), mais toute société peut en faire la demande.


→ Report du paiement des charges
Le chef de l’État a également affirmé que les entreprises pouvaient demander pour le mois de mars 2020, le report du paiement des charges sociales, impôts, TVA, etc. Une demande qui s’effectue par simple mail du chef d’entreprise.


→ Soutien de la BPI
Enfin, la Banque publique d’investissement va se porter caution sur 90% des prêts accordés aux entreprises pour éviter que les banques stoppent les financements et les crédits. À cet effet, la BPI a mis en place un numéro vert, le 0 969 370 240, pour aider en urgence les entreprises en difficulté à cause du coronavirus. But de cette mesure : éviter les faillites en cascade.


→ Arrêt de travail pour garder les enfants
Par ailleurs, le chef de l’État a annoncé la fermeture de tous les établissements scolaires à partir de lundi 16 mars et « jusqu’à nouvel ordre ». Une décision qui pose la question de la garde des enfants. À cet effet, le gouvernement avait déjà annoncé la possibilité pour un parent de poser un arrêt de travail pris en charge par la Sécurité sociale, sans délai de carence. Cet arrêt devant être déclenché non pas par le salarié, mais par l’employeur.
Plus d’infos dans La Tribune des Auto-Écoles n°236 (Avril 2020)

À LIRE AUSSI

Quid du droit de retrait ?

Si le gouvernement a décidé de mettre fin au confinement, le virus continue de circuler. Une situation anxiogène pour certains salariés qui pourraient demander à exercer leur droit de retrait. En ont-ils le droit ?

Évolution des conditions du chômage partiel

Début mai, ce sont plus de 12 millions de salariés qui étaient inscrits au chômage partiel par leur employeur et qui sont donc payés par l’État. Un chiffre considérable qui va amener l’État à faire évoluer les paramètres de ce dispositif.