Une question sur les premiers secours

01/01/2018 Sécurité routière
Sécurité routière Une question sur les premiers secours

À partir du 1er janvier 2018, les inspecteurs du permis de conduire évalueront les notions élémentaires de premiers secours du candidat en lui posant oralement une question.

La loi n°2015-294 du 17 mars 2015 visait à introduire une formation aux gestes de premiers secours dans la préparation du permis de conduire. Pour l’heure, l’acquisition des notions de base est vérifiée au travers d’une question portant sur cette thématique lors du passage de l’épreuve théorique générale. À partir du 1er janvier 2018, le candidat devra également répondre à une question posée par l’inspecteur du permis de conduire lors du passage de l’épreuve pratique, comme le précise l’arrêté du 6 octobre 2017 paru au Journal Officiel du 18 octobre 2017. Cette question sera tirée au sort parmi les 36 questions réparties dans trois thématiques qui comportent chacune plusieurs questions : Protéger (sept questions), Alerter (dix questions), Secourir (dix-neuf questions). L’arrêté indique que « l’évaluation de cette compétence est indépendante de la qualité d’expression du candidat. En cas d’incompréhension de sa part, l’expert peut reformuler la question ».

Système de notation
La question portant sur les premiers secours est posée en même temps que les questions concernant les vérifications et la sécurité routière. En fonction de ses réponses, le candidat se voit attribuer de 0 à 3 points. La notation s’effectue de la manière suivante : 1 point est attribué si la vérification est correcte, 1 autre point si la réponse à la question en lien avec la sécurité routière est juste et un dernier point si la question portant sur les notions élémentaires de premiers secours est exacte. S’il ne donne aucune bonne réponse, il se voit attribuer la note 0 à l’ensemble de ces compétences.

À LIRE AUSSI

CISR : focus sur les 18 mesures retenues

Suite à la tenue le 9 janvier dernier du Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) en présence du Premier ministre et de dix ministres et secrétaires d’État, le gouvernement a choisi de retenir 18 mesures à mettre en œuvre pour lutter contre l’insécurité routière. Détail.