Grand excès de vitesse : la répression se durcit

22/11/2016 Sécurité routière
Sécurité routière Grand excès de vitesse : la répression se durcit Depuis le 20 novembre, les véhicules contrôlés en dépassement d’au moins 50 km/h de la vitesse maximale autorisée peuvent être immobilisés et immédiatement placés en fourrière par les forces de l’ordre. Jusqu’alors, l’immobilisation de la voiture était réservée aux cas de récidive. Cette mesure administrative, issue de la loi de modernisation de la justice du XXIe siècle, sera prise à titre provisoire pour une durée de sept jours. Par ailleurs, autre nouveauté, l’usage d’un permis de conduire faux ou falsifié est puni depuis le 20 novembre de cinq ans d’emprisonnement, de 75 000 euros d’amende et de plusieurs peines complémentaires, dont celle de confiscation obligatoire du véhicule.

À LIRE AUSSI

Le Code de la route fête ses 100 ans !

Le décret du 27 mai 1921 concernant la réglementation de l’usage des voies ouvertes à la circulation publique marque la naissance de notre Code de la route actuel. Mais sa genèse débute bien avant et a fait l’objet d’âpres discussions avant d’être adopté.