Formation aux premiers secours : Bientôt au programme du permis de conduire ?

01/02/2014 Sécurité routière
Sécurité routière Formation aux premiers secours : Bientôt au programme du permis de conduire ?
La proposition de loi du sénateur Jean-Pierre Leleux visant à introduire une formation pratique obligatoire aux gestes de premiers secours dans la préparation du permis de conduire poursuit son chemin législatif.

« Enseigner lors de l’apprentissage du permis de conduire les gestes simples qui peuvent sauver des vies en cas d’accidents graves sur la route. » Tel est le but de la proposition de loi du 13 février 2012 du sénateur UMP des Alpes-Maritimes, Jean-Pierre Leleux. Le 6 novembre 2013, la Commission des lois du Sénat présentait un rapport incluant plusieurs modifications à cette proposition de loi. Cette dernière sera examinée par le Sénat en séance publique le 30 avril 2014. Dans sa proposition de loi, Jean-Pierre Leleux souhaiterait ainsi introduire « une formation de 4 heures au cours de laquelle l’élève apprendra des gestes simples. Il faut apprendre à agir correctement au cours des quelques minutes, déterminantes, qui précèdent l’arrivée des secours. Par exemple, savoir comment ventiler les voies aériennes lorsqu’un blessé inconscient est assis au volant, ou encore comprimer une plaie, c’est-à-dire appuyer dessus pour limiter ou empêcher l’hémorragie ».

Un gain de 250 à 350 vies par an
Selon le sénateur, « cette formation permettrait de sauver entre 250 et 350 vies par an. » Quant au coût supplémentaire qu’elle induirait, Jean-Pierre Leleux l’estime à 25 euros. « Le prix à payer pour apprendre à sauver des vies. » Le texte, qui avait été déposé au Sénat le 13 février 2012, a depuis obtenu l’avis favorable de la Commission des lois, qui a toutefois procédé à plusieurs simplifications. Ainsi, l’épreuve supplémentaire au permis de conduire, initialement prévue, n’a pas été retenue, afin de ne pas alourdir le permis existant. Le candidat au permis aurait toutefois l’obligation de recevoir une formation, une attestation lui étant ensuite délivrée. Comme le précise Jean-Pierre Leleux, « la connaissance des notions élémentaires aux premiers secours serait bien sanctionnée, mais dans le cadre des épreuves existantes. Lors de l’examen théorique, des questions pourraient être posées et, lors de l’épreuve pratique, une mise en situation permettrait de vérifier les connaissances du candidat en la matière ».

Un rôle à jouer pour les auto-écoles ?
Toujours selon Jean-Pierre Leleux, « les associations chargées d’enseigner le secourisme, comme la Prévention routière ou la Croix-Rouge, pourraient se charger de proposer une telle formation ». Si le sénateur n’a pas évoqué le rôle des auto-écoles pour dispenser la formation, de nombreuses écoles de conduite se sont exprimées sur ce sujet, sur la page Facebook de La Tribune des Auto-Écoles.

valoriser la formation au permis
Beaucoup y seraient favorables, malgré l’inévitable augmentation du coût du permis. De plus, pour Karen Chartiel, directrice pédagogique du centre Cipeca à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), « cela valoriserait la formation au permis de conduire. Tout ce qui peut faire dire à nos clients que la formation au permis est une formation complète et sérieuse devrait être pris en compte. Pourquoi laisser à d’autres le bénéfice de l’image positive que cela renverrait ? ». D’autres se montrent plus réfractaires. Marion Strabach, co-gérante de l’auto-école 3, 2, 1… Permis à Malzéville (Meurthe-et-Moselle), estime « qu’il ne faut pas tout mélanger. Enseigner les gestes de premier secours ne fait pas partie de notre métier ». Pour sa part, Frédéric Giraudeau, dirigeant de l’auto-école Tandem à Moutiers-les-Mauxfaits (Vendée), juge que « c’est à l’école de leur apprendre ces gestes, les auto-écoles se chargeant du Code de la route (entre autres)… et surtout par l’inverse ! ».

À LIRE AUSSI

CISR : focus sur les 18 mesures retenues

Suite à la tenue le 9 janvier dernier du Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) en présence du Premier ministre et de dix ministres et secrétaires d’État, le gouvernement a choisi de retenir 18 mesures à mettre en œuvre pour lutter contre l’insécurité routière. Détail.