Des smartphones en monuments mortuaires pour dénoncer l’usage du téléphone au volant

04/02/2022 Sécurité routière
Sécurité routière Des smartphones en monuments mortuaires pour dénoncer l’usage du téléphone au volant

Dans le cadre des journées internationales sans smartphone qui se tenaient du 6 au 8 février dernier, l’artiste plasticien, Simon Berger, a gravé des visages sur des stèles hautes de 2,5 mètres symbolisant l’écran d’un smartphone casé. Le but étant de rappeler qu’utiliser le téléphone portable en conduisant risque de provoquer un accident et de briser une ou plusieurs vies.
En association avec la Sécurité routière, ces stèles ont été exposées du 3 au 12 février 2022, sur la place de la République, à Paris. « J'espère qu'une prise de conscience se fera. J'attends des personnes qui découvriront l'exposition une réaction de fascination et de choc qui leur permette de revenir à la raison en laissant leur téléphone portable hors de leur portée pendant qu'ils conduisent », a confié Simon Berger.
À cette occasion, la DSR rappelle que « téléphoner multiplie par 3 le risque d'accident matériel ou corporel » et que « lire un message en conduisant multiplie le risque d'accident par 23. Pour une vitesse de 50 km/h, 44 mètres est la distance de freinage d'un conducteur en train de téléphoner (contre 23 pour un conducteur concentré sur sa conduite) ».

À LIRE AUSSI

Le permis à points a 30 ans

Le 1er juillet 1992, le permis à points (PAP) entrait en vigueur en France. Une mesure visant à réduire l’accidentologie en s’appuyant sur la responsabilisation du conducteur. « C’est un outil...