Circulation inter-files : nouvelle expérimentation et nouveaux panneaux

17/08/2021 Sécurité routière
Sécurité routière Circulation inter-files : nouvelle expérimentation et nouveaux panneaux

La première expérimentation de circulation inter-files (CIF) menée entre 2016 et 2021 sur une zone géographique réduite n’avait pas permis d’établir un bilan tranché. C’est pourquoi la DSR avait proposé de reconduire l’expérimentation sur un plus vaste réseau.


21 départements concernés
Cette nouvelle expérimentation prévue pour trois ans s’applique à 21 départements : les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône, la Drôme, la Gironde, la Haute-Garonne, l’Hérault, l’Isère, la Loire-Atlantique, le Nord, les Pyrénées-Orientales, le Rhône (y compris la métropole lyonnaise), le Var, le Vaucluse, les 8 départements de la région Île-de-France. En dehors de ces zones expérimentales, la CIF est interdite.


Des panneaux de signalisation
Pour indiquer aux usagers de la route que la CIF peut être pratiquée, deux nouveaux panneaux de signalisation vont progressivement être implantés sur le réseau routier concerné par l’expérimentation. Le premier a pour but d’indiquer les trois règles essentielles permettant la circulation inter-files, à savoir : la vitesse maximale autorisée en circulation inter-files (50 km/h), la pratique uniquement sur des voies congestionnées et le positionnement entre les deux voies les plus à gauche de la chaussée. Cette signalisation pourra être complétée par un panneau complémentaire, de type « B14 » rappelant la vitesse maximale autorisée en inter-files. Les panonceaux « M4c », portant l'inscription « en inter-files », et « M9z », portant l'inscription « rappel », rappelleront le contexte de l'expérimentation. À noter que le panneau principal d'information et les panneaux « B14 » pourront être implantés ensemble ou séparément sur des portions de routes distinctes.
Plus d’infos dans La Tribune des Auto-Écoles de septembre 2021 (n°247)

À LIRE AUSSI

La mobilité des aînés, quels enjeux aujourd’hui ?

Le 29 juin dernier, la délégation à la Sécurité routière a organisé un colloque réunissant acteurs de la mobilité, experts de santé, élus et associations, pour partager leurs expériences. Objectif : élaborer une stratégie sociétale pour permettre aux seniors de conserver le plus longtemps possible leur autonomie de déplacement.