Changement de stratégie de communication pour la Sécurité routière

06/01/2020 Sécurité routière
Sécurité routière Changement de stratégie de communication pour la Sécurité routière

Depuis le 5 janvier, la sécurité routière diffuse une nouvelle campagne de prévention routière, via la télévision, la radio, les salles de cinéma et Internet. Pour tenter de toucher les automobilistes et les amener à adopter une conduite plus responsable, la Sécurité routière opte pour une nouvelle stratégie de communication. Finis les images-choc et les scénarii tragiques, cette fois, la Sécurité routière fait appel à la bienveillance des conducteurs pour leur signifier que « sur la route, on a tous le pouvoir de sauver une vie ».
Ainsi, deux petits films mettent en scène Léa et Marc qui remercient les automobilistes qui ont croisé leur chemin d’avoir conduit prudemment et ainsi de leur avoir évité le pire. « En remerciant ces usagers d’avoir adopté un comportement juste au volant, Léa et Marc, encouragent les Français à faire de même et rappellent à chacun son pouvoir d’agir pour le meilleur sur les routes », explique la Sécurité routière.
Cette campagne fait suite au changement de signature de la Sécurité routière qui a abandonné l e « Tous responsables » pour « Vivre, ensemble ». Selon la DSR, elle « traduit une nouvelle manière de parler aux Français de sécurité routière, plus bienveillante, plus fraternelle, invitant ces derniers à se rassembler autour d’une ambition commune : « Vivre, ensemble », comme l’indique le mot d’ordre qui viendra dorénavant signer les campagnes de sensibilisation. La Sécurité routière redonne ainsi à voir sa finalité essentielle : « vivre », c’est-à-dire ne pas mourir, « ensemble », dans un mouvement collectif, sur un espace commun que l’on partage, la route ».

À LIRE AUSSI

Accidentologie 2019 : un bilan définitif mitigé

Le bilan définitif de l’accidentologie 2019 publié début juin 2020 par l’Observatoire national interministériel de sécurité routière confirme la tendance dévoilée en début d’année : le nombre de morts baisse en métropole, mais augmente en Outre-mer.