Quelque 300 personnes ont pu acheter leur permis grâce au système monté par un gérant d’auto-école d

13/05/2016 Réglementation
Réglementation Quelque 300 personnes ont pu acheter leur permis grâce au système monté par un gérant d’auto-école d Des permis de conduire achetés 2 000 à 8 000 €, grâce à la complicité d’un gérant d’auto-école proche du show-biz et d’agents de la préfecture de Nanterre : c’est la vaste arnaque qui vient d’être démantelée dans les Hauts-de-Seine. Et parmi les quelque 300 clients de cette juteuse affaire figurent plusieurs footballeurs : Samir Nasri, qui évolue avec Manchester City, Jérémy Ménez, ancien du PSG aujourd’hui au Milan AC, et Layvin Kurzawa, actuel défenseur du PSG. Le chroniqueur de Canal + Ali Baddou, fait aussi partie des candidats au permis sans (re)passer par la case examen. Car le précieux sésame était délivré aussi bien à des personnes ne l’ayant jamais décroché qu’à des conducteurs ayant perdu leurs douze points. Trois agents de la préfecture de Nanterre et le gérant d’une auto-école de Neuilly-sur-Seine, Patrick Antonelli, par ailleurs mari de la chanteuse Amel Bent, viennent de passer 48 heures en garde à vue pour leur implication dans ce réseau. Il semble que le patron de l’école de conduite ait servi de rabatteur, tandis que les agents assuraient la fourniture du document, réalisé au sein même de la préfecture. Un contrôle interne met l’arnaque au jour Le trafic aurait duré un an et demi, de l’automne 2013 au printemps 2015. L’arnaque a été découverte à la préfecture, lors d’un contrôle interne. C’est alors le préfet des Hauts-de-Seine qui a signalé les faits, en mai de l’année dernière, au parquet de Nanterre. Sa démarche a déclenché l’ouverture de l’enquête, menée depuis des mois par le Service de police judiciaire des Hauts-de-Seine et le Groupe d’intervention régional (GIR). L’arnaque porterait sur plus d’un million d’euros. Outre les rétributions en espèces, les suspects auraient aussi profité de cadeaux. Tous les quatre vont être présentés ce vendredi à un juge d’instruction dans le cadre d’une information judiciaire que le parquet s’apprête à ouvrir notamment pour corruption, et obtention indue de documents administratifs.

À LIRE AUSSI

Label de qualité : mode d’emploi

Le label de qualité proposé par l’État et intitulé « Référentiel de qualité des formations au sein des écoles de conduite » a été validé par le CNEFOP le 9 janvier 2018. Les écoles de conduite intéressées vont bientôt pouvoir constituer leur dossier de demande de labellisation.
01/04/2018 Réglementation