Brexit : quelles conséquences pour les conducteurs britanniques et français ?

14/02/2021 Réglementation
Réglementation Brexit : quelles conséquences pour les  conducteurs britanniques et français ?

Depuis le 1er janvier 2021, la Grande-Bretagne ne fait plus partie de l’Union européenne. Quelles sont les incidences pour les automobilistes britanniques circulant en France et les automobilistes français conduisant en Grande-Bretagne ?

Le divorce a finalement eu lieu. La Grande-Bretagne a officiellement quitté l’Union européenne le 31 décembre 2020 à minuit. On estime à environ 300 000 Britanniques installés en France avec le statut de résident. Parmi eux, 180 000 sont détenteur d’un permis de conduire britannique avec lequel ils circulent en toute légalité sur le réseau routier français. De même qu’il y aurait environ 180 000 Français qui résident outre-Manche et circulent légalement avec un permis français en Grande-Bretagne.

2021, année tampon
Que change le Brexit ? En fait, rien. Du moins pendant un an. En effet, la France et la Grande-Bretagne ont toute l’année 2021 pour trouver un accord d’échange concernant les titres de permis de conduire. D’ici 2022, la France considère la Grande-Bretagne comme un pays tiers. Ainsi, comme pour toute personne d’un pays tiers possédant un permis de conduire délivré dans son pays, la France accorde la permission aux citoyens britanniques détenteur d’un permis britannique, de circuler légalement sur le territoire français pendant un an. La réciproque est valable pour les citoyens français résidant en Grande-Bretagne et circulant avec un permis de conduire français sur le sol britannique. Au-delà de 2021, tout dépendra d’un accord ou non trouvé entre les deux parties. Notons que la France est le pays qui a établi des accords de réciprocité avec le plus grand nombre de pays au monde (113), ce qui facilite grandement les tâches administratives des citoyens français globe-trotteurs.

À LIRE AUSSI

Contrôle technique des deux-roues : Djebbari a reçu les fédérations de motards

Suite à la décision du président de la République, Emmanuel Macron, de suspendre le contrôle technique des 2 roues motorisés prévu par le décret n° 2021-1062 du 9 août 2021, Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transports, a réuni les fédérations de motards, vendredi 3 septembre, afin d’échanger sur « une approche plus globale et partagée ».
03/09/2021 Réglementation