Affichage des taux de réussite : vroom-vroom, un site qui pose question

01/12/2014 Études/sondages
Études/sondages Affichage des taux de réussite : vroom-vroom, un site qui pose question Le site vroom-vroom.fr recense les taux de réussite de toutes les auto-écoles de France, devançant ainsi l’administration qui en parle depuis plusieurs années.

Toutes les auto-écoles le disent. « Le taux de réussite n’est pas révélateur de la qualité de l’enseignement. » Jusqu’à présent, l’administration n’a jamais réussi à en imposer l’affichage. Mais une start-up a flairé le bon filon : avant que les pouvoirs publics ne s’en mêlent, le site vroom-vroom.fr a décidé de dévoiler les taux de chaque auto-école française. Les fondateurs de la start-up, Édouard Schlumberger et Brice Durand, sont allés recueillir dans les préfectures ces données normalement anonymes, en reliant les numéros d’agrément aux noms des auto-écoles.

Critères de choix
Édouard Schlumberger dit avoir « commencé à réfléchir avec les yeux d’un candidat, qui avait passé et raté le permis plusieurs fois ». Et le jeune entrepreneur d’à peine 30 ans confie n’avoir « pas trouvé beaucoup d’informations pour faire son choix ». Alors il a eu l’idée de créer un comparateur des auto-écoles de France, avec le taux de réussite pour critère principal. « Les auto-écoles ont un peu râlé au début, reconnaît Édouard Schlumberger. C’est la raison pour laquelle on a décidé de travailler avec elles. Depuis, on a essayé d’ajouter d’autres critères de choix pour les candidats. » Vroom-vroom.fr explique notamment à ses visiteurs le système d’attribution des places d’examens. De plus, si le site indique les taux de réussite à l’ETG et au permis, il précise aussi le nombre de candidats des établissements. Un système de « commentaires vérifiés » a également été mis en place. Il permet d’être certain que ces avis proviennent de clients de l’auto-école. « On demande à celui qui laisse un commentaire de nous envoyer une facture, afin de prouver qu’il a bien été inscrit dans cet établissement », relève Édouard Schlumberger. Vroom-vroom espère « atteindre les 300 000 visiteurs à la fin de l’année 2014 ». Les auto-écoles peuvent souscrire à un abonnement payant, qui leur donne le droit de communiquer sur leurs prestations. Elles peuvent également faire des offres promotionnelles, sur lesquelles vroom-vroom prend bien-sûr une commission. Une sorte de Groupon pour auto-école ? « Notre but, ce n’est pas que les établissements cassent leurs prix, assure Édouard Schlumberger. Et ils ne vendent pas forcément des forfaits : ce peut être simplement un pack d’heures de conduite à prix réduit. Ce sont eux qui décident. »

Taux de réussite, l’affichage légal ?
Les patrons de vroom-vroom assurent avoir compris que « les taux de réussite ne sont pas le seul critère de choix d’une auto-école ». Notamment parce que certaines auto-écoles dérivent vers un tri de candidats, parfois dès l’heure d’évaluation, pour ne faire passer l’examen qu’aux meilleurs éléments. Sur vroom-vroom.fr, l’indication du taux de réussite est quand même accompagnée d’un pouce levé et vert pour les taux supérieur à 60 %, et d’un pouce baissé et rouge pour ceux inférieurs à 40 %. Signe de l’importance qui lui est accordée ! Mais la divulgation des taux de réussite est-elle une démarche 100 % légale ? La DSCR elle-même dit craindre, lorsqu’une seule personne est à la tête de l’entreprise, que les taux soient considérés comme des « données personnelles » protégées. Un avocat spécialiste dans ce domaine donne son point de vue. « Si la préfecture collecte les taux de réussite pour une finalité précise, à savoir calculer le nombre de places à attribuer chaque mois, publier ces données pour établir un classement d’auto-écoles pourrait constituer ce qu’on appelle en droit un détournement de finalité. » Et vroom-vroom devrait, a minima, « prévenir les gérants d’auto-école » que leurs taux de réussite vont se retrouver sur la toile. Or, la plupart n’ont même pas connaissance de l’existence du site !

À LIRE AUSSI

Grille des salaires 2018

L’avenant n°84 signé le 19 septembre 2017 par les organisations représentatives de la profession prévoit une augmentation des salaires minima. Cette hausse entrera en application au 1er janvier 2018 si l’arrêté d’extension est publié au JO avant le 31 décembre 2017.
01/01/2018 Études/sondages