Les syndicats se mobilisent pour éviter la fermeture des auto-écoles

29/10/2020 Économie/Entreprise
Économie/Entreprise Les syndicats se mobilisent pour éviter la fermeture des auto-écoles

Lors de son allocution devant les Français, mercredi 28 octobre, le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé un reconfinement général qui doit débuter ce soir à minuit et durer au minimum jusqu’au 1er décembre.
Seuls les commerces de premières nécessités pourront rester ouverts. Les établissements recevant du public (ERP), devront quant à eux fermer. Le président de la République a cependant indiqué qu’un point sur l’évolution de l’épidémie serait effectué tous les quinze jours et que si la situation le permettait, il pourrait être envisagé, de rouvrir certains commerces.

Mobilisation des syndicats
Mais après les deux mois de fermeture lors du premier confinement qui ont été fortement préjudiciables pour les écoles de conduite, les syndicats se mobilisent pour que les auto-écoles ne fassent pas partie des ERP à nouveau frappés de fermeture administrative. Ainsi, Patrice Bessone, président du CNPA-ER, a adressé hier, avant même le discours d’Emmanuel Macron, un courrier au directeur-adjoint de cabinet du ministre de l'Intérieur, François-Xavier Lauch, pour lui demander de maintenir l’activité auto-école pendant le confinement. Il rappelle notamment que « le secteur a adopté un protocole sanitaire qui est appliqué strictement en formation et en examen. Ces consignes sanitaires strictes nous ont permis d'éviter tout cluster au sein de nos établissements. La fermeture administrative de deux mois imposée à nos établissements au printemps dernier a considérablement fragilisé l'ensemble du secteur professionnel et a augmenté de façon drastique les délais de présentation des candidats à l'examen du permis de conduire. Si un arrêt de nos formations et des examens était de nouveau décidé, les conséquences seraient absolument dramatiques pour l'ensemble du secteur. Nous peinons à rattraper le retard accumulé pendant le premier confinement, si nos établissements ne font pas parties des secteurs essentiels au même titre que les établissements de l’Éducation nationale, nous craignons le pire ».
De son côté, la FNA, dont font partie l’UNIC et l’UNIDEC demande également au gouvernement de maintenir l’ouverture des « des leçons de conduite des auto-écoles, ainsi que les formations afférentes aux métiers de l’automobile, et tout ceci dans le strict respect des mesures sanitaires qui s’imposent ».
Suite aux discussions qui s’effectuent aujourd’hui au sein du parlement, les textes fixant les conditions d’application du confinement devraient paraître au Journal Officiel, vendredi 30 octobre, et fixer les écoles de conduite sur leur sort.

À LIRE AUSSI

Grille des salaires 2022

Les organisations représentatives des professions dépendantes de la convention nationale des services de l’automobile (n° 1090), dont font partie les auto-écoles, se sont réunies au début de...