NOS EXPERTS

La Rédaction de la Tribune www.tribune-auto-ecoles.fr

La Rédaction de la Tribune www.tribune-auto-ecoles.fr

L'équipe de la rédaction permanente de La Tribune des Auto-écoles ainsi que tous ses journalistes  ou contributeurs occasionnels ont  réuni les archives de La Tribune des Auto-Ecoles, ainsi que tous les textes officiels et réglementaires. Ces données vous apportent des réponses aux questions les plus courantes que vous vous posez dans le cadre de la gestion et le développement de votre auto-école. Vous bénéficiez ainsi de plus de 30 ans d'expérience de l'enseignement de la conduite cumulés par nos équipes!
POSER VOS QUESTIONS POSER VOS QUESTIONS POSER VOS QUESTIONS
10 mai 2018

Mon mari et moi souhaiterions acheter un fonds de commerce coiffure pour y travailler en couple (Mr en nom propre et moi, conjointe collaboratrice)
Actuellement, il y a une salariée âgée de 45 ans avec CDI de 35h et une ancienneté 7 ans
Le vendeur ne se chargera pas de son licenciement et pour que l'affaire soit viable financièrement pour nous, il faudrait la licencier (ce qui ne nous emballe pas humainement d'ailleurs mais l'affaire est intéressante). J'ai pu voir sur internet que pour raison de nouvelle organisation cela pourrait rentrer dans le cadre 'licenciement économique' mais en fait, je vais faire son travail donc peut être que ce licenciement peut paraitre abusif
Merci de votre aide et précisions car si ce licenciement ne peut pas se faire, nous ne pouvons pas acheter cette affaire



La vente d'un fonds de commerce est inopposable aux salariés, c'est-à-dire que tous les contrats de travail sont maintenus, malgré la vente. Le licenciement "économique" dans cette hypothèse, ne sera pas reconnu par les instances prud'hommales, d'autant que, comme vous le dites, vous prendrez la place de la salariée.
Si vous en avez la possibilité, essayez de négocier, d'autant que cette personne a une ancienneté de 7 ans. Dans l'hypothèse contraire, si vous licenciez, attendez-vous à une action judiciaire. Sachez que dans 80 % des cas environ, le tribunal des prud'hommes donne raison au salarié.