Le métier

Bookmark and Share
DES MÉTIERS PASSIONNANTS, MAIS EXIGEANTS !
05/12/2013

Le secteur de la formation à la conduite regroupe plusieurs métiers : moniteur, gérant d’auto-école, formateur de moniteurs, inspecteur du permis de conduire ou encore animateur de stages de récupération de points.
Tous ces métiers nécessitent avant tout de faire preuve d’un sens aigu du relationnel et de s’adapter à un public de tout âge et issu de tout horizon. Pour cela, il faut être doté d’une capacité d’écoute et de patience, mais aussi présenter un goût pour la transmission des connaissances, en un mot être pédagogue !
Si vous souhaitez devenir exploitant de votre propre auto-école, certes vous deviendrez votre propre patron, mais il vous faudra apprendre à diriger et motiver une équipe composée de moniteurs et de secrétaires ; avoir des connaissances en gestion ; se tenir au courant des évolutions de la profession en termes de législation, mais aussi de pédagogie. Bref, être un vrai chef d’orchestre !
Bien évidemment, il est recommandé d’aimer la conduite et de se tenir un minimum au courant des évolutions technologiques mises au point par les constructeurs pour adapter son discours et ses cours (on ne conduit pas de la même façon avec ou sans ESP, par exemple).
Mieux vaut également ne pas être allergique au droit pour se tenir informé des évolutions législatives concernant, entre autres, le Code de la route. Enfin, une bonne résistance physique sera évidemment un plus pour aborder les longues stations assises dans le véhicule et supporter les horaires parfois décalés pour s’accorder avec le planning des élèves (cours donnés tard le soir, pendant l’heure du déjeuner et toute la journée du samedi).
 

UN SECTEUR EN PLEINE MUTATION

Le secteur de la formation à la conduite est actuellement en pleine mutation ! Outre les traditionnelles perspectives pour un moniteur de permis B ou un gérant de se diversifier dans l’enseignement deux-roues, poids-lourd et bateau, le secteur de la formation à la conduite connaît actuellement une évolution et permet d’élargir la palette des formations proposées : stages d’écoconduite, de réactualisation des connaissances pour les seniors, audit en entreprises sur le risque routier, stages de perfectionnement sur circuit ou de conduite sur neige, etc.
De quoi éviter la routine pour un enseignant de la conduite et augmenter ses revenus. Sans compter qu’il est possible de prendre son indépendance en devenant gérant et en ouvrant son propre établissement. À moins que vous ne souhaitiez passer le concours de l’administration pour devenir inspecteur.


LES CHIFFRES CLÉ DE LA PROFESSION

Le secteur de la formation à la conduite représente environ :
● 8 500 exploitants
● 20 000 enseignants de la conduite
● 10 500 bureaux d’auto-écoles
● une centaine d’associations qui dispensent une formation au permis de conduire à un public en difficulté
● un parc automobile d’environ 25 000 véhicules
●1 370 inspecteurs du permis de conduire

Sur l’ensemble des établissements de conduite :
● 99 % proposent la formation au permis B et environ 20 % au permis EB
● 48 % la formation au permis A/A1
● 11 % la formation au permis C et EC
● 11 % la formation au permis D et ED
Réalisé par Agence Web Conseil