Article, Syndicats professionnels : création de l’ASAV

Bookmark and Share

Quatre syndicats professionnels représentant chacun un métier de l’automobile, dont l’UNIDEC, se sont regroupés au sein de l’ASAV, Alliance des services aux véhicules.

Se rassembler pour continuer à être représentatifs. Tel est l’objectif qui a présidé à la création de l’ASAV (Alliance des services aux véhicules), qui regroupe 4 syndicats professionnels dans 4 métiers de la branche des services de l’automobile : la FNCRM (Fédération nationale du commerce et de la réparation du cycle et du motocycle), le SNCTA (Syndicat national du contrôle technique automobile), le SPP (Syndicat des professionnels du pneu) et l’UNIDEC (Union nationale intersyndicale des enseignants de la conduite). 

Préserver la représentativité
Ce regroupement découle en effet d’un impératif. Il s’agit d’être en conformité avec l’une des conditions imposées par la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale, qui stipule qu’à partir de 2017, « dans les branches professionnelles, seront représentatives les organisations professionnelles d’employeurs dont les entreprises adhérentes, à jour de leurs cotisations, représentent au moins 8% de l’ensemble des entreprises adhérant à des organisations professionnelles d’employeurs de la branche ».
Comme l’explique l’ASAV, afin d’éviter « que la majorité des organisations professionnelles d’employeurs de la branche des services de l’automobile ne disparaisse et que les entreprises ne soient contraintes d’adhérer qu’à une seule organisation professionnelle d’employeurs au mépris des principes de liberté d’association et de liberté syndicale, les organisations patronales spécialistes ont décidé de constituer un syndicat professionnel représentatif des employeurs de la branche professionnelle de l’automobile, l’ASAV. Toutefois, « l’ASAV ne s’inscrit pas en opposition aux syndicats existants, mais plutôt en complémentarité », précise son président Yann Blard.
Les quatre syndicats patronaux précités ont donc choisi de fusionner et de mettre en commun leurs ressources au sein de l’ASAV, ce qui leur permettra notamment « d’être mieux entendus auprès des pouvoirs publics, d’assurer la promotion des professions et des identités professionnelles, et de rendre visible et de valoriser chaque métier ». L’ASAV, qui compte aujourd’hui environ 3 000 adhérents, est dirigée et administrée par un conseil d’administration composée de 15 administrateurs dont un président et 4 vice-présidents issus de chacun des 4 métiers représentés par les syndicats fondateurs. Chaque membre travaillera en partenariat avec les autres dans les actions de chaque métier. 

Une décision votée à 100 % à l’UNIDEC 
Pour Jean-Louis Bouscaren, président de l’UNIDEC et l’un des vice-présidents de l’ASAV, « intégrer l’ASAV était vital pour pouvoir continuer à représenter les adhérents de l’UNIDEC au sein de la branche des services de l’automobile. La décision de rejoindre l’ASAV a été votée par 100% des adhérents de l’UNIDEC lors de son AG du 14 mars dernier. L’ASAV nous soutiendra pour défendre la profession des écoles de conduite, par exemple dans le cadre de la loi Macron. Autre exemple, nous pourrons avoir un message commun avec la FNCRM lors d’actions concernant les deux-roues motorisés ». Dans un premier temps, l’UNIDEC va être renommée ASAV-UNIDEC, avant d’adopter un nom qui pourrait être « ASAV métier conduite ». 
Jean-Pierre Lemonnier, secrétaire général de l’UNIDEC et secrétaire général de l’ASAV chargé des relations avec les partenaires sociaux et de la communication, indique pour sa part que « d’autres métiers pourraient rejoindre l’ASAV. La porte est ouverte ! ».
C. S.

Réalisé par Agence Web Conseil